JeuxMac.com
Tchat JeuxMac.com : Actuellement, personnes sont connectées | Accéder       
JeuxMac.com
News  | Tests | Previews | Focus | Sorties | Downloads | Boutique | Forums | Tchat
JeuxMac.com
tests


Civilization : Call to Power

Civilization : Call to Power
Par Adrien

Développeurs : Macsoft
Catégorie : Stratégie
Sortie : 2000
Page 1 sur 1


Introduction :


Le troisième volet de la série des Civilization, initièe par Sid Meiers sort sur Mac. Ces 10 dernières années, Civilization et Civilization II ont su se posés comme la référence en matière de jeux de stratègie. Qu'en est-il du troisième opus, Civilization : Call to Power ?

Pour ceux qui auraient manqué les deux premiers épisodes, il faut savoir que Civilization 1 et 2 étaient une oeuvre de Sid Meier, l'une des plus vieilles bôites du jeu vidéo. Pour ce troisième épisode, l'équipe de Sid Meier a passé le relais à Activision. En fait, Sid Meiers a  quitté les détenteurs de la licence de Civilization et a fondé son propre studio pour développer sa suite du jeu. Le fruit de leur travail est Alpha Centaury ( qui arrive prochainement). Alors, qu'en est-il de cette suite mi-légitime ?

Le jeu :

Civilization : Call To Power reprend  les principes essentiels qui ont fait le succès de la série.  en Il s'agit toujours  d'un jeu de stratégie par tour ( et quel jeu !). Ill s'agit de gérer une civilisation en partant de ses origines (3500 ans avant J.-C.) pour la mener à une civilisation futuriste (vers 3100 après J.-C). Le tout bien sur, en étant en concurrence avec d'autres civilisations. Votre objectif : survivre. Pour cela il vous faudra mener une véritable course au progrès pour faire évoluer vos unités et vos villes. Au commencement, le joueur ne dispose que d'un simple colon, à la surface d'une planète de type terrestre, à la géographie inconnue. Il doit explorer les environs à la recherche d'un lieu proposant des ressources naturelles propices à la fondation de son premier village. Une fois "sédentarisé", la véritable prise en mains de sa civilisation va débuter. Le joueur devra tout d'abord entamer des recherches scientifiques, qu'il orientera suivant ses motivations (progrès culturel, guerre, économie …) et déterminer la politique de son gouvernement. Il devra ensuite répartir la population dans différentes catégories, pour avantager la croissance démographique, la recherche, la production de nouveaux bâtiments ou d'unités, le commerce ou les loisirs. Au bout de quelque temps, le village deviendra ville, et il pourra supporter la création d'un nouveau colon qui s'en ira fonder un autre village un peu plus loin. Et ainsi de suite ... Il développera sa civilisation et la rendra prospère. Il combattra les autres civilisations ou au contraire, il entrera dans un jeu de négociations et preservera la paix. Les combinaisons possibles sont multiples. C'est d'ailleurs cet élément qui a fait des Civilization, une série "culte".

Gameplay :

Civilization : Call to Power est un jeu à l'approche délicate, difficile à assimiler, même pour les joueurs aguerris de civilisation 2. La prise en main et longue et demande de l'acharnement. Je dois avouer que cela m'a un peu rappellé le temps où je devais lire la manuel d'aide du premier opus. Le système de jeu a été entièrement repensé. Ce dernier est l'interface n'nt plus rien en commun avec les précedents. Le premier contact avec le jeu est donc plutôt rude, et il faut presque se faire pression sur soi pour se plonger dans ce nouvel univers.

La réalisation n'en est pas pour moins de qualité. Les graphismes sont plutôt bien réalisés pour un jeu de stratégie, sans pour autant êtres magnifiques. Lors de la création d'une merveille, une courte séquence vidéo interrompt le court du jeu, ce qui n'en est pasdes moins déplaisants. La musique  est sympathique, cosmopolite, elle illustre plus ou moins différentes cultures ou époques de l'humanité. Mais bon, il est clair que si vous passez des heures et des heures sur Civiliation : Call to Power, que vous serez amené à la couper. Certains critiqueront peut être l'interface graphique, trop riche, trop différentes de celles des prècédents Civilization, mais dans l'ensemble, le jeu est très agréable à regarder. Le jeu est quand même sorti sur PC en avril 1999, il est certain que les graphismes aient pris un léger coup de vieux, enfin on va pas s'ârreter à ça, car il y a largement de quoi permettre aux joueurs rebutés par la difficulté de rester accrochés un peu plus, le temps de saisir tout l'intérêt du jeu.

Une fois familiarisé avec son fonctionnement, on découvre un jeu d'une richesse extraordinaire et aux possibilités multiples.Il est difficile de parler de Civilization : Call to Power sans être tenté de le comparer à son prédécesseur Civilization 2, comment y échapper ?. Le principe reste le même, on retrouve dans l'ensemble les mêmes concepts, mais largement améliorés, et surtout, de nouvelles idées excellentes.Le nombre d'unités, de bâtiments, d'avancés et de merveilles a été sensiblement augmenté, et de nouvelles possibilités ouvrent des perspectives intéressantes comme la colonisation de l'espace et de l'océan. Plus, l'aspect futuriste a été particulièrement bien pensé.Ainsi, des merveilles du monde comme Internet permettent de prendre connaissance des découvertes scientifiques déjà trouvées par les autres civilisations.Dans le même ordre d'idées, l'Entité IA est également une merveille du monde qui  il est un transistor implanté dans le cerveau de chaque citoyen, le régulant et le persuadant qu'il vit dans le meilleur des mondes et que tout est au mieux. Le bonheur de la civilisation est alors fortement augmenté. La productivité de même, et votre score croît.

Les évolutions militaires ne sont pas en reste. De nombreuses unités ont été crées. La théocratie, une des formes de gouvernement, permet par exemple de créer des prêtres qui pourront tenter de convertir des cités adverses. Citons également l’esclavagiste, une unité furtive qui a la faculté de capturer les colons ou les citoyens des autres civilisations afin de les faire travailler pour une bouchée de pain. Ou encore le contaminateur, qui peut infecter les villes ennemies avec un virus contagieux, décimant la population. Toutes les villes commerçants avec la ville atteinte peuvent se retrouver à leur tour contaminées …

Malgré tout, Civilization : Call to Power n'est pas exempt de tout reproche : le joueur doit parfois se plier à quelques acrobaties dans les différents menus pour arriver à ses fins. l'ergonomie de l'interface est très discutable. Certaines actions sont répétitives, d'autres pénibles à la longue. Par exemple, le fait que certains boutons soient situés près du bord de la carte entraîne parfois un scrolling fort désagréable quand vous bougez la souris. Autre exemple : il faut fermer certaines fenêtres avant de continuer telle ou telle action, pendant que d'autres fenêtres (graphiquement similaires) peuvent rester ouvertes. Bref cafouillages, oublis...sont incessants. Conçernant le mode multi-joueurs, rien de vraiment discutable. Il' n'y a pas de réelles innovations par rapport à Civilization II et le principe reste le même. Parfait.

En conclusion :


Il n'est donc pas faux de dire que Civilization : Call To Power est d' une réalisation moyenne sur le plan purement technique. D'autant plus, que le portage sur mac a mis quand même 9 mois. M'enfin, le jeu est à la hauteur des deux précédents opus et reste tout aussi passionant. Donc , si vous êtes fan de Civilization, n'hésitez pas à acheter Call to Power, c'est un très bon jeu. Et puis Civilization voit son intêret se renouveler sans cesse, et encore une fois c'est le cas.

NOUVEAU : L'add-on d'Alpha Centaury : Alien Crossfire.


Petite dernière précision conçernant l'héritier du glorieux Civilization. Nous avions fait état dans nos news de l'avancement rapide de l'add-on d'Alpha Centaury. Au moment même où le master d'Alien Crossfire investit les chaînes de production américaines et devrait imminement sortir sur mac, nous sommes en mesure de vous fournir des détails sur son contenu. Tout d'abord, ce sera sept factions supplémentaires qui seront désormais jouables : deux pour les aliens et cinq pour les humains. De nouvelles technologies, de nouveaux projets secrets, de nouvelles armes, de nouveaux blindages, de nouvelles armures et surtout de nouvelles stratégies propres devraient y être incluent. De quoi largement augmenter la durée de vie du jeu, qui est déja très longue. Léger détail amusant, Alien Crossfire comportera également de nouveaux animaux extraterrestres. Comme quoi même dans l'espace, nous avons bien davantage que 30 millions d'amis. Ce petit aparté réalisé, l'interface des bases a, en outre, subi un lifting qui devrait améliorer le gameplay. Du tout bon en somme ;-)

Concernant le mode de commercialisation, Electronic Arts hésitait entre la diffusion gratuite par téléchargement sur Internet ou la sortie classique en magasin. Les Américains seront bons pour aller l'acheter. A titre indicatif, son prix devrait avoisiner les 30 dollars (environ 180 francs). Pour ce qui concerne notre beau pays, le bureau français avait annoncé qu'"Alien Crossfire ne serait pas vendu comme un add-on classique sur support PC. Ce fut le cas effectivement, puisque ce dernier ne vit le jour. la version française mac d'Alpha Centaury n'etant elle-même pas prévue, il y a fort à parier que nous ne verrons jamais Alien Crossfire en France. Fait regrettable, car ce dernier transforme profondément le dernier né de Sidmeier.

1


Note :
Graphisme : 3/5
Son : 3/5
Durée de vie : 5/5
Jouabilitée : 4/5
Total : 4/5
Les plus :
• Un jeu digne de la série des Civilization
• Les combinaisons toujours aussi multiples assurant une durée de vie phénoménale au jeu
Les moins :
• L'ergonomie, une interface trop lourde et peu intuitive
Note moyenne des visiteurs : 4/5

Configuration minimale :
-G3
-64Mo
MacOS 9 : nonMacOS X via classic : non
MacOS X Carbon : nonMacOS X natif : non

Réactions à cet article :
 
zjcgsyof a réagi le 04 Aout 2012 à 06:39 - Note : 4/5
PT8A2f <a href="http://jlupprmowxdv.com/">jlupprmowxdv</a>, [url=http://bnfsvumwmbsj.com/]bnfsvumwmbsj[/url], [link=http://zgqwfhkkeoce.com/]zgqwfhkkeoce[/link], http://nchrlsjtzzwu.com/

 
krAdOk--- a réagi le 30 Décembre 2005 à 10:26 - Note : 5/5
Je confirme que le jeu fonctionne sur Mac os 9 et X mais sur tiger, rien a faire, il plante sans arrêt... :/

 
Titio a réagi le 23 Décembre 2004 à 01:33 - Note : 5/5
Moi ca marche nickel sous OS 9 et OS X.
Par contre, impossible de jouer en multiplayer sur internet :-(

qqun connait-il la solution??? o_O

 
Dom Puget a réagi le 11 Septembre 2004 à 14:46 - Note : 4/5
Call to power tourne sous OS 8 et 9 sur un Power PC 6500 (603-250Mhz-92 Mo) ainsi que sous OS X Imac G4, via classic.

 
pacou a réagi le 23 Janvier 2002 à 10:58
J'y joue sur MacOS 9 et sur MacOSX via classic.
Si JeuxMac n'a pu le faire tourner ce sont:
1- des neuneux
2- des pirates puisqu'ils n'ont pu tester le jeux.
Il vient d'où l'article?

 
virus45 a réagi le 26 Décembre 2001 à 23:50
ben, sur pc sûrement !!!

 
Fred a réagi le 26 Décembre 2001 à 18:59
MacOS9 Non
MacOSX Non plus ???
Ça tourne sur quoi alors ?

Réagir à cet article


 


Utilisez-vous un Mac doté d'un processeur Intel ?
Oui
Non, mais plus pour longtemps
Non, le PowerPC me convient pour l'instant



Matrix



deus ex 2




 

Quake 4

The Movies

Enigmo 2

Europa Universalis

Quake 4

World Of Warcraft

Crédits - Informations - Contact / © JeuxMac.com 1999-2017